pcramer@cbh-avocats.com
+33(0) 467 22.58.18

les prix impactent sur le pouvoir d’achat

Les taux des crédits sont toujours aussi attractifs, mais….

A quelques mois de la fin de l’année, c’est l’heure des bilans.

Sur le marché immobilier, les chiffres sont étonnants.

« A fin octobre, les prix des logements anciens observés lors de la signature des compromis de vente progressaient à un rythme annuel de 4,4 % », indique Michel Mouillart, professeur d’économie, spécialiste de l’immobilier et responsable du baromètre LPI- Se Loger.

L’année 2017 a très bien commencé. Tous les voyants étaient au vert.

Mais la fin de l’année nous laisse un goût amer.

L’activité au premier trimestre a été tout à fait inhabituelle [+12% par rapport à 2016], le nombre de transactions dépassait tout ce que l’on avait connu jusqu’alors. Jamais, au cours des cinquante dernières années, la tension sur le marché de l’ancien n’avait été aussi forte.

Seulement, la machine s’est un peu enrayée : les prix ont grimpé de +4,3% en 2017.

« C’est au printemps 2015 que les prix des logements anciens ont amorcé leur remontée. Si la hausse a été modérée, elle s’est nettement accélérée en 2016, à tel point que sur la France entière, les prix immobiliers dans l’ancien ont connu une hausse annuelle de 2,9 %« , rappelle à L’Express le professeur d’économie. Et 2017 n’a donc pas connu de répit.

Sur l’année, la hausse des prix devrait s’établir à +4,3%, crevant même le plafond à Bordeaux et Le Mans (+10%), Brest (+8%), Paris et Lyon (+7%). Et dire que dans le milieu on se rassure comme on peut en se disant que la hausse ralentit…

Petra Cramer – Nederlands advocaat in Frankrijk